INITIATIVE POUR LA TRANSPARENCE DANS LES INDUSTRIES EXTRACTIVES - TOGO

La Banque mondiale et la Banque Africaine de Développement renouvèlent leur engagement à soutenir l’ITIE-Togo

0

Zemanta Related Posts ThumbnailL’atelier de concertation tenu à l’Hôtel Sancta Maria de Lomé, ce vendredi 17 janvier 2014, a consacré l’enthousiasme des partenaires techniques et financiers à soutenir le Togo dans la mise en œuvre du processus ITIE (Initiative pour la transparence dans les industries extractives). Après avoir adopté un plan de travail ambitieux qui définit de nouveaux objectifs face aux défis de la période post-conformité, l’ITIE-Togo a sollicité l’appui des partenaires au développement pour financer toutes les rubriques du plan d’action. Le Premier ministre, Kwesi Séléagodji AHOOMEY-ZUNU, Président du Conseil national de supervision de l’ITIE-Togo, a ouvert les travaux de l’atelier. A cette occasion, il a exhorté les organisations internationales et les institutions financières, qui ont répondu à son appel, à soutenir l’Initiative en vue de permettre au Togo de poursuivre ses efforts de transparence et de redevabilité pour une gouvernance devant améliorer le quotidien du citoyen. Au-delà de l’engagement politique, le chef du gouvernement a développé une passion pour les principes et exigences de la norme mondiale de transparence.

IMG_0241Soutien inhérent à la mise en œuvre de l’ITIE dans tous les pays qui y adhèrent la Banque mondiale est fortement engagée dans le processus au Togo. A la lecture du nouveau plan de travail adopté par l’ITIE-Togo, le Représentant Résident de la Banque mondiale, Hervé ASSAH, a souligné que « le pays fait face à un double défi qui est celui de savoir concilier au mieux les responsabilités de transparence qui lui incombent, et d’appliquer les nouvelles règles de l’ITIE mondiale ». Le chef de fil des bailleurs multi-donateurs a saisi l’occasion de l’atelier de concertation pour lancer, à travers son représentant résident, « un vibrant appel à tous les partenaires techniques et financiers soucieux du développement de ce beau pays, pour les encourager à une implication volontaire et substantielle au développement du nouveau programme ITIE-Togo » (Lire le Discours).

Serge M N'GUESSAN (BAD)La Banque Africaine de Développement (BAD) a été le tout premier partenaire technique et fiancier à croire fortement à l’option du gouvernement à adhérer à l’Initiative et elle ne s’est pas trompée au regard des résultats. Le Représentant Résident de la BAD, a salué le Premier ministre et le gouvernement togolais pour son ferme engagement et pour les efforts consentis ainsi que tous les acteurs pour leur mobilisation qui ont abouti au succès de ce processus  et à la conformité du Togo aux normes de l’ITIE, reconnue sur le plan international. Monsieur Serge Marie N’GUESSAN a particulièrement félicité le Coordonnateur National de l’ITIE, Didier Kokou Agbémadon, « pour son rôle central dans l’heureux aboutissement de ce processus », avant de souligner que « c’est un résultat dont le Togo doit être fier et qui démontre que le pays s’est résolument engagé dans des programmes et réformes courageux de développement au profit de toute la population ». Il a souhaité que le Togo consolide davantage sa position pour maximiser les gains socio-économiques qu’il doit tirer du processus. Pour la Banque africaine de développement, l’intérêt de l’Initiative pour la transparence dans les Industries extractives (ITIE) s’est renforcé dans la mesure où elle répond aux deux objectifs de la nouvelle stratégie décennale 2013-2022 de la BAD qui vise la croissance inclusive et la transition vers la croissance verte. Son représentant résident renouvèle ainsi l’engagement de la banque à continuer d’appuyer le Togo : « De la même manière que nous avons participé techniquement et financièrement à la mise en œuvre du processus de l’ITIE dans la phase candidature,  la BAD reste disposée à accompagner le gouvernement dans cette nouvelle phase de conformité pour une application efficace et renforcée de la transparence et de la redevabilité dans la gouvernance des revenus de l’Etat », a-t-il déclaré. (Texte_intégral)

Partager