INITIATIVE POUR LA TRANSPARENCE DANS LES INDUSTRIES EXTRACTIVES - TOGO

Le Togo se positionne sur l’ouverture des données publiques et gouvernementales

0

Le mécanisme de données ouvertes dans la gouvernance du secteur extractif au Togo 

                                           La révolution numérique a pour corollaire la production de données qualifiées et réutilisables. La donnée est une richesse inestimable. Ouverte, elle devient un outil inégalable de développement. L’ouverture des données est devenue, fort de cette conviction, au-delà de la simple pratique, une philosophie intrinsèquement liée au développement partout dans le monde. Le mouvement « Open Data » ou encore « données ouvertes » est une démarche de publication de données numériques en ligne selon une série de critères garantissant leur libre accès et réutilisation par tous. Le Togo ne saurait rester en marge de cette tendance et tirer profit de l’ouverture des données pour l’intérêt public.

La ministre des postes et de l’économie numérique, Cina LAWSON, a ouvert ce vendredi 30 novembre à Lomé, la première conférence nationale sur les données ouvertes au Togo autour du thème « les données ouvertes au service du développement durable ». L’évènement visait à promouvoir le développement des solutions technologiques innovantes dans le secteur des Open Data. Il devait également permettre de les améliorer et de les rendre plus accessibles, tout en attirant l’attention sur leur nécessité.

Madame la Ministre a rappelé que le gouvernement s’est positionné sur la question des données à travers une série de réformes dont la loi sur l’accès à l’information, adoptée en 2016. « Dans le cadre de la modernisation de son administration, le Togo a procédé à la refonte de son écosystème digital et à la mise en place d’un portail institutionnel unique :  www.togo.tg », a-t-elle déclaré. Et de poursuivre, « il nous faut concevoir des dispositifs et des mécanismes d’accès des citoyens à l’information tout en veillant à instaurer un cadre juridique et réglementaire propre ».

Pour sa part, l’ambassadeur des USA a appelé le Togo à  « aller plus loin pour bénéficier des avantages des données ». David GILMOUR a aussi invité le gouvernement à envisager une adhésion au « Partenariat pour le Gouvernement Ouvert », une initiative qui regroupe près de 70 pays dans le monde.  

Et pour une meilleure implication des acteurs publics et des organisations de la société civile, des ateliers de formation ont été organisés en vue d’une véritable appropriation collective des données ouvertes.

S’agissant de la formation, le Coordonnateur national de l’ITIE-Togo, a présenté une communication dans le Panel 3, « Gouvernement ouvert, données ouvertes et partenariat public-privé » qui porte essentiellement sur le mécanisme de données ouvertes dans la gouvernance du secteur extractif au Togo. 

Jules Gagno AKOUBIA

Partager