Mise en ligne du cadastre minier au Togo

ITIE TOGO > News > Actualités > Mise en ligne du cadastre minier au Togo
Déc 17, 2019 Posted by: Webmaster Actualités

L’administration minière du Togo a procédé à la mise en ligne de son cadastre minier, ce mardi 17 décembre 2019, à la Direction générale des mines et de la géologie (DGMG). Le dispositif moderne de gestion des titres miniers mis à la disposition du public prend en compte les aspects réglementaires et institutionnels de l’administration des droits miniers. Il a pour avantage de collecter, en temps réel, les différents types de demandes de permis en matière de ressources minérales, aussi bien pour la recherche que pour l’exploitation. Le Cadastre minier est un outil qui permet la mise à jour régulière des titres miniers, tout en évitant les chevauchements de permis quand il s’agit d’attribuer un nouveau permis. Le cadastre minier est lancé au même moment que le système d’informations géologique et minière ainsi que du système de gestion électronique de données. Les opérateurs économiques, les chercheurs et les étudiants peuvent désormais trouver satisfaction à travers ce progrès technologique. C’est une avancée qui favorise à l’évidence, la mise en oeuvre des recommandations des différentes rapports ITIE, concernant l’administration minière au Togo. La mise en place du système de gestion électronique, d’information géologique et minière et du cadastre minière a coûté un montant total de 700 millions de francs CFA financé par la Banque mondiale à travers le Projet de développement et de gouvernance minière (PDGM). La cérémonie de lancement a été présidée par le Directeur de Cabinet du Ministre des mines et des énergies, monsieur Banimpo Gbengbertane, entouré pour la circonstance, du Conseiller Mines du Ministre, monsieur Bandof Akondoh, du Directeur général des mines et de la géologie, monsieur Damegare Sogle et du Coordonnateur du PDGM. Elle a réuni, en dehors des représentants des différentes structures parties prenantes  de la gestion du secteur minier, plus d’une trentaine de journalistes de la presse publique et privée