Rapport ITIE-Togo 2018/Les revenus du secteur extractif dévoilés au public

ITIE TOGO > News > Actualités > Rapport ITIE-Togo 2018/Les revenus du secteur extractif dévoilés au public
Juil 22, 2021 Posted by: Webmaster Actualités Rapports

Les chiffres du secteur extractif sont dévoilés au Togo pour la neuvième fois. Le Groupe multipartite de la mise en œuvre de l’ITIE les a rendus publics ce jeudi 22 juillet 2021 dans le Rapport ITIE-Togo 2018. Les données du secteur extractif portant sur les revenus fiscaux et non fiscaux de l’année 2018 ont été rapportées dans ledit rapport, sous forme de paiements et revenus, comme exigés par la Norme ITIE 2019. Sur la base des données reportées par l’État, les revenus générés par le secteur minier représentent un montant total de 13,260 milliards de FCFA pour l’année 2018. Il s’agit notamment des paiements encaissés directement dans les comptes budgétaires de l’État pour un montant de 12,138 milliards de FCFA, des paiements sociaux (volontaires et obligatoires) au profit de tierces parties pour un montant de 0,708 milliard de FCFA et des dividendes perçus par l’État qui se sont élevés à 0,414 milliards de FCFA.

La part des revenus alloués directement au budget de l’État, et qui représente 91,5% du total des revenus du secteur, provient du secteur minier à hauteur de 82,4% et du secteur d’exploitation des nappes souterraines à hauteur de 9,7%. Le reste des revenus provient du secteur des carrières (7,8%) et du secteur artisanal qui représentent 0,2% des revenus budgétaires provenant du secteur extractif. Les données économiques présentées dans le rapport sont relatives à la contribution du secteur extractif dans les exportations qui représentent (18,23 %), dans le PIB (1,04 %), dans les revenus de l’État (2,19 %) et dans l’emploi (0,60 %).

Les entités déclarantes ont été également sollicitées pour reporter d’autres informations contextuelles comme les données sur la production, les exportations, l’emploi, les paiements sociaux et autres données prévues par la Norme ITIE 2019. La production du secteur minier a totalisé un montant de 185 363 millions de FCFA en 2018 contre 114 774 millions de FCFA en 2017, soit une augmentation de 70 589 millions de FCFA représentant 61,5%. Cette augmentation est expliquée principalement par l’entrée en production du calcaire par la société WACEM ainsi que la hausse de la production du clinker et du phosphate. En 2018, la valeur des exportations du secteur extractif a totalisé 102 602 millions de FCFA provenant du secteur minier et des carrières. Les exportations du secteur extractif ont totalisé un montant de 102 602 millions FCFA, enregistrant une légère hausse de 3 937 millions de FCFA (4%) par rapport à 2017.

D’après le rapport général du Recensement Général des Entreprises (RGE 2018) réalisé par l’Institut national de la statistique et des études économiques et démographiques (INSEED) en février 2019, le pourcentage de la population active travaillant dans le secteur extractif est de 0,6% et occupe la 16ème position dans le classement de l’employabilité des secteurs d’activités au Togo. Toutefois, selon les chiffres collectés dans le cadre du présent rapport, les sociétés incluses dans le périmètre de conciliation ont employé 4 127 personnes en 2018, dont 313 femmes soit 7,58% et 3 814 hommes soit 92,42%.

Le rapport a constaté qu’aucune société ni entité gouvernementale n’a soumis les données financières désagrégées par projet. Il a noté l’absence de l’établissement et de la publication du rapport d’avancement annuel pour l’année 2018 au niveau du site web de l’ITIE Togo. Le rapport a aussi souligné une faible représentativité du sexe féminin au sein du Comité de pilotage (CP-ITIE) ainsi qu’au secrétariat technique et un manque d’informations détaillées par rapport à l’équilibre entre les sexes dans le secteur extractif. Le document fait cas de l’absence de considération de la question du genre et de l’inclusivité au niveau des plans annuels et des PV du CP-ITIE. Le rapport a débouché sur des recommandations relatives à chacun des constats observés.

Vingt-trois entreprises extractives, 8 agences gouvernementales et 15 préfectures/communes et 51 flux financiers ont défini le périmètre du rapport.